Dans cette nouvelle analyse, Cheik Jamel Tahiri revient sur la sourate « La Caverne » et sur l’Esprit vers lequel Dieu nous invite à travers cette sourate et toutes les histoires qui y sont contées.

Un récit relate que le Prophète aurait dit que celui qui apprend les 10 premiers versets et/ou les 10 derniers (selon les variantes) sera protégé de la sédition de la fin des temps.

Si ce récit est vrai, c’est parce que se cache dans ces versets une protection. Ce récit doit nous amener vers trois interrogations : la première est ce sur quoi insistent ces versets, la deuxième est la vivification des versets et La troisième chose est se sentir concerné par ces versets. Ces trois éléments sont nécessaires pour aborder et goûter ces versets.

Sourate « Al Kahf », 18/1-10-98

« Louange à Dieu qui fit descendre sur Son serviteur (Muhammad), le Livre, et n'y a point introduit de tortuosité (ambiguïté). »

« Quand les jeunes gens se furent réfugiés dans la caverne, ils dirent : « Ô notre Seigneur, donne-nous de Ta part une Miséricorde ; et assure-nous la droiture dans tout ce qui nous concerne. »

« Il dit : C'est une Miséricorde de la part de mon Seigneur. Mais, lorsque la Promesse de mon Seigneur viendra, Il le nivellera. Et la Promesse de mon Seigneur est vérité. »

Dans les 10 premiers versets de cette sourate, nous comprenons comment vivaient les Gens de la caverne et vers quoi ils voulaient tendre. Cette démarche les mène vers la Caverne. Après leur histoire, la parabole des deux jardins est citée. Mais avant, Dieu nous relate le récit d’Adam et d’Ève au Paradis ainsi que le défis d’Iblis.

Ensuite, vient l’histoire de Moïse (p) et Khidr dans laquelle Moïse (p) va être initié à une Science. Il (p) est dans une démarche de chercheur qui part à la découverte de son Seigneur. Lorsque Dieu définit Khidr, Il dit qu’Il lui donna une Science. Dhul Karnayn clôture cette magnifique sourate avec ses trois voyages.

La méthode d’Iblis pour adorer Dieu était une méthode de l’intelligence. En soi, cette méthode n’est pas mauvaise. Le problème est que cette science l’a amené à faire autre chose. Cette science doit être un préambule à la Science de Dieu. Dans cet esprit, il y a la notion de choix. Ces choix sont faits selon un mécanisme de l’intellect. Il ne faut pas nous arrêter à ces choix mais aller vers le choix que Dieu veut proposer.

La sourate « La Caverne » est une méthode pour amener l’Homme vers une Science particulière qui permet de faire les bons choix. La science commune que l’on connaît est la science acquise. Dieu nous invite, à travers la foi à la Science pour laquelle Moïse (p) part en quête et celle mise en œuvre par DhulKarnayn.

Les histoires de cette sourate sont une méthodologie pour nous amener de la Science des choix vers la Science innée afin de connaître le début et la fin de chaque chose.

Si Dieu nous parle de cette Science innée, c’est qu’Il nous y invite. Celui qui agit avec la Science innée verra le doute se dissiper pour lui.

On retrouve cette Science lorsque Salomon (p) demanda à ses serviteurs de lui ramener le trône de Saba. Un serviteur redoutable parmi les djinns doué d’une science solide lui dit qu’il pourrait ramener le trône avant que Salomon (p) ne se lève de son trône.

Un autre serviteur qui a une partie de la Science du Livre dit qu’il pourrait le ramener avant que Salomon (p) ne cligne de l’œil.

La science d’Iblis et celle de ce djinn est la science acquise. La Science du serviteur est la Science de la Présence, la Science innée. C’est la Science que Dieu a donnée à Adam (p). C’est la Science de ceux qui ont un comportement particulier et par lequel ils deviennent le Représentant de Dieu sur Terre.

Toutes les histoires de la sourate « La caverne » sont une invitation à faire partie du troisième peuple vers lequel se dirige Dhul Karnayn. C’est un peuple qui a une connaissance et sait comment procéder pour aller vers Dieu mais il lui manque quelque chose. Il a la parole mais il lui manque ce qui lui permettra de la goûter.

Dhul Kharnayn est là pour aider ce peuple à la comprendre. Dhul Karnayn va lui demander de l’aider avec force. Il est là pour aider ceux qui sont dans la démarche de la quête, ceux qui sont dans le préambule pour les amener vers la Science innée.

Les 10 premiers versets jettent les bases de la Science innée et les 10 derniers pour atteindre la Miséricorde de Dieu.