Cheikh Jamel Tahiri commence cette nouvelle analyse par le souvenir de la naissance de la fille du Messager de Dieu (saws), Fatima Zahra (as), la Reine des grandes Dames de ce monde et des autres. Elle a un statut particulier dans la religion à tel point qu’une sourate lui est consacrée, à savoir la sourate al-Kawtar (l’Abondance). Fatima Zahra (as) disait « Le voisin avant la maison ».
Il y a au cœur de cette parole le fondement même de l’Islam, qui est de faire passer l’autre avant soi.
Celui qui arrive à cette étape signifie qu’il a réussi à se débarrasser de son ego. Se cache derrière cette grande Dame la victoire de l’Islam.
Dieu a fait qu’elle soit le fruit de l’Amour du Messager de Dieu et de Khadidja. Elle est La source de la réussite pour les croyants.
Bienheureux ceux qui aiment et suivent Fatima Zahra (as).

Cheikh Jamel Tahiri revient sur l’analyse de la semaine dernière, précisément sur la prière médiane. Cette analyse a jeté les bases de l’interrogation afin de comprendre ce qu’est cette prière médiane.

Verset 16 sourate 32, La Prosternation :

« Ils s'arrachent de leurs lits pour invoquer leur Seigneur, par crainte et espoir ; et ils font largesse de ce que Nous leur attribuons. »

Il y a différentes manières de s’adresser à Dieu. Parmi elles, la prière et l’invocation. La prière est un moyen de rentrer en communion avec Dieu. La prière médiane fait entrer le croyant dans La présence. Elle fait entrer le croyant dans le monde de la crainte et de l’espoir.
Au premier abord, la crainte et l’espoir semblent être en contradiction. En effet, la crainte représentant une chose négative et l’espoir une chose positive. La prière doit se situer entre la crainte et l’espoir. La prière médiane reflète alors, ce milieu entre la crainte et l’espoir.

L’Imam Ali (as) a déclaré :

« Je ne t’adore pas Dieu par peur de Ton Enfer ou par espoir de Ton Paradis, mais parce que je T’ai trouvé Digne de T’adorer ».

La prière médiane a quelque chose de plus que les autres prières. Ce plus est ce que nous devons chercher afin d’atteindre les plus hauts degrés et ne plus faire d’erreurs. Avons-nous conscience que la foi demande une évolution et non une stagnation ? Plus on évolue, moins on commet d’erreurs.

Cheikh Jamel Tahiri ouvre une interrogation qui a un lien avec la prière médiane. Nous avons l’impression de connaître Le langage divin ou le dialogue avec Dieu à travers la demande d’une chose et la réponse que nous attendons de Dieu.
L’effort permet à l’homme de comprendre la Parole de Dieu. Si nous comprenons le langage, tout ce que nous ne saisissons pas encore, Dieu nous le fera comprendre. La question qu’il faut se poser est : Comment Dieu a-t-Il invité et interpellé les Prophètes (p) ?
Le Langage de Dieu n’a rien à voir avec le nôtre, à travers un dialogue où l’on demande et Dieu répond. Ce n’est pas le langage dont Dieu a gratifié les grands Hommes. Lorsque Moïse (as) va être interpellé par Dieu, lorsqu’Il va lui demander ce qu’il a dans sa main droite, il comprend que Dieu l’invite à l’enseignement du Langage. Moïse (p) va répondre en citant les fonctions de son bâton. Lorsque Dieu dit à Moïse (p) de le jeter, Il l’invite à un autre Langage. C’est avec ce Langage que Moïse (p) va partir en mission.

À quoi Dieu nous invite-t-Il à travers les versets du Coran ? Dieu a fait du Livre des Signes. Lorsque l’on est interpellé par un signe, alors, on répond par une action. Ainsi, on établit la connexion et le Dieu nous enseigne Le langage.