Cheikh Jamel Tahiri débute cette nouvelle analyse par le verset suivant : Fussilat "Les Versets détaillés" 41:53

«Nous leur montrerons Nos signes dans l'univers et en eux-mêmes, jusqu'à ce qu'il leur devienne évident que c'est cela, la vérité. Ne suffit-il pas que ton Seigneur soit témoin de toute chose?»

Il tente ensuite de nous expliquer la démarche à suivre afin d’appréhender au mieux la compréhension du Livre Saint.
Il nous rappelle que Noble Coran ne s’adresse qu’à une partie des hommes, ceux qui sont éveillés, ou qui recherchent l’éveil : les « moutakins » (cf. les versets 1,2 et 3 de la sourate « Al Baqara » : « un guide pour les éveillés »).

En revanche il est incompréhensible pour les ennemis de Dieu, car comme il le précise: « ne le touchent que les purifiés » au sens où il faut être dans une démarche de purification spirituelle pour que le Livre puisse s’ouvrir à nous.

Or aujourd’hui tout le monde se permet de parler de l’Islam et du Coran sans n’y rien connaitre, pour en dire tout et n’importe quoi.
Tout le monde se prétend exégèse de ce noble livre alors que ne peuvent le comprendre uniquement ceux qui se sont purifiés : c’est un prérequis avant toute démarche visant à en donner le sens, et tant qu’ils n’auront pas pénétrés ce livre de cette façon, ils ne pourront le comprendre.

Ainsi tous les stratagèmes visant à taire la vérité de l’Islam et du Livre de Dieu sont voués à l’échec, car ces propagandistes islamophobes n’ont pas accès aux secrets de ce Livre.
Il nous faut donc être dans la recherche de cet éveil et vivre avec sincérité une foi et une démarche qui ouvrirait les portes de nos cœurs pour que nous voyions ce qui nous était caché auparavant.

Cheikh Jamel Tahiri amène ensuite un nouveau sujet, essentiel dans l’islam : le Tawhid, l’Unicité de Dieu, définit dans la sourate 112 « Al Ikhlas » :

« 1. Dis: «Il est Allah, Unique. 2. Allah, Le Seul à être imploré pour ce que nous désirons. 3. Il n’a jamais engendré, n’a pas été engendré non plus. 4. Et nul n’est égal à Lui».

Puis il évoque un récit prophétique à propos de cette sourate disant en substance que Dieu sait qu’à la fin des temps il existera des peuples qui seront dans la réflexion profonde et pour qui il a fait descendre la sourate « al Ikhlas » et les premiers versets de la sourate « le fer ».

De même pour l’Enseignement du Tawhid qui ne peut se comprendre avec l’intellect mais plutôt par l’expérimentation. Or seule une démarche spirituelle de connaissance de Dieu permet d’expérimenter le Tawhid.

Cheikh Jamel rappelle que l’étude du Tawhid, la base de notre Foi, ne représente que 5% du temps des études religieuses, ce qui est anormal…

Puis il revient sur le hadith précédent expliquant que ces versets en question viennent spécialement pour des personnes vivant à l’époque de la fin des temps et qui vont en profondeur dans leur réflexion, ce qui signifie que plus on s’approche de cette période eschatologique et plus la science se dévoile.
Cheikh Jamel cite ensuite l’Imam al Baqih, issu de la maison de la prophétie, qui disait à propos de l’adjectif « Samad » qui est attribué à Dieu et que l’on traduit par « hors du temps » :

« Si je pouvais trouver quelqu’un capable de recevoir cette science, j’aurais fait sortir uniquement de ce mot-là : l’histoire du Tawhid, de La religion, de la chariaa et de tout ce que comporte l’Islam ».

Cela signifie que les sciences sont au-delà de ce que l’on croit et qu’elle se dévoile au fur et à mesure que l’on avance dans le temps, alors qu’Iblis veut nous faire douter en nous insinuant l’idée qu’elle est inaccessible à nous et que nous sommes incapables de comprendre le noble Coran.

Cheikh Jamel conclut avec le récit de Khidr et de Moise, de la sourate la caverne, déjà évoqué à plusieurs reprises dans de précédentes vidéos, et des trois étapes des trois histoires, qui correspondent chacun à un degré du Tawhid.
Il nous explique que toute cette histoire n’avait pour but qu’une seule chose : La recherche par Moise de l’expérience du Tawhid. Il était en quête de vivre l’unicité de Dieu !

Un Tawhid qui ne se comprend donc qu’avec l’Expérience, en le vivant, et non pas uniquement avec la raison, ce qui demande beaucoup de patience comme l’enseigne Al Khidr à Moise.

C’est donc de notre histoire qu’il s’agit, qui doit nous amener au plus haut degré de la connaissance de Dieu, et dans sa proximité, afin que nous devenions des témoins parmi les hommes.