Dans cette nouvelle vidéo, Cheikh Jamel Tahiri commence par évoquer la « Nuit du Destin », durant laquelle DIEU revient vers Adam et accepte le repentir des croyants sincères, et qui est une nuit en dehors du temps.

C’est ce temps dont cette Nuit devient un Témoin auquel les hommes appartiennent, un temps pour lequel l’Homme a été créé et qui a un rapport intime avec la Science innée.

La Naissance de la Nuit du Destin

Il revient ensuite sur les trois décades du mois de Ramadan et leur symbolique en appuyant sur la dernière, les dix derniers jours, durant lesquels nous devons récolter ce que nous avons semé (deuxième décade) avant de nous être purifiés (première décade).

La « Nuit du Destin » se trouve dans cette décade, que se passe-t-il entre celle-ci et la fin du mois sacré, le jour de l’Aïd el Fitr ?

Théoriquement, en cette 23ème nuit, DIEU revient vers nous et accepte notre repentir, et nous devons renaître.

Or, nous savons que lors de la naissance d’un nouveau-né, un certain nombre d’actes sont recommandés : au septième jour, donner son nom à l’enfant, couper ses cheveux et offrir leur poids en or en aumône, égorger un mouton, etc...

Après cette nuit, il reste également, sept jour avant l’Aïd el Fitr durant lequel il est recommandé de donner la zakat etc...

Ce qui montre que lors de la Nuit du Destin, nous renaissons et que lors de l’Aïd al Fitr, nous fêtons cette naissance. Or la plupart des musulmans fêtent l’Aïd al Fitr comme une fête où nous reprenons une alimentation normale, telle une fête de la nourriture, or ‘’Fitr’’ a plutôt un rapport avec notre Nature Première, la « Fitra » plutôt avec le « ftour » (le repas).

Cheikh Jamel revient également, sur les trois degrés du Tawhid et particulièrement, le second ou l’on apprend à connaître DIEU à travers Ses Noms, c’est-à-dire se vêtir d’un de Ces Attributs pour servir DIEU à travers Ce Nom.

Nous devons donc trouver le Nom qui nous correspond et prendre l’engagement de servir Ce Nom pour aller vers la connaissance de DIEU, et cet Aïd el Fitr doit être un souvenir que nous devons retrouver à travers un nom de DIEU.

Puis, le Cheikh entame un autre sujet, celui du Prophète Moïse (p), en commençant par réciter les versets coraniques suivant de la sourate 28 « Al Qasas » :

23 « Et quand il fut arrivé au point d'eau de Madyan, il y trouva un attroupement de gens abreuvant [leurs bêtes] et il trouva aussi deux femmes se tenant à l'écart et retenant [leurs bêtes]. Il dit: « Que voulez-vous ? » Elles dirent: « Nous n'abreuverons que quand les bergers seront partis; et notre père est fort âgé. »

24 « Il abreuva [les bêtes] pour elles puis retourna à l'ombre et dit: « Seigneur, j'ai grand besoin du bien que tu feras descendre vers moi. »

25 « Puis, l'une des deux femmes vint à lui, d'une démarche timide, et lui dit: « Mon père t'appelle pour te récompenser pour avoir abreuvé pour nous. » Et quand il fut venu auprès de lui et qu'il lui eut raconté son histoire, il (le vieillard) dit: « N'aie aucune crainte: tu as échappé aux gens injustes. »

26 « L'une d'elles dit: « Ô mon père, engage-le [à ton service] moyennant salaire, car le meilleur à engager c'est celui qui est fort et digne de confiance. »

27 « Il dit : Je voudrais te marier à l'une de mes deux filles que voici, à condition que tu travailles à mon service durant huit ans. Si tu achèves dix [années], ce sera de ton bon gré; je ne veux cependant rien t'imposer d'excessif. Tu me trouveras, si Allah le veut, du nombre des gens de bien. »

Le langage des Prophètes (p) et la Science des Signes

Moïse (p) remercie DIEU d’avoir mis ces deux filles sur son chemin et d’avoir pu les assister, c’est le langage des Prophètes (p), et cette situation n’est pas là par hasard, DIEU est en train de le guider et lui donner l’opportunité de pouvoir évoluer et de franchir une nouvelle étape dans sa vie.

Il entre alors en contact avec le père des filles, qui est en réalité le Prophète Shuayb (Jethro) (p).

Cheikh Jamel met alors l’accent sur le dialogue entre ces deux Elus et la manière dont les Prophètes (p) se reconnaissent mutuellement à travers les Signes de la Prophétie.

Sans une initiation au langage des Prophètes (p) à travers le Livre de DIEU, nous ne pourrons pas comprendre cette histoire… Shuayb (p) propose à Moise (p) de l’initier aux Hautes Sciences Prophétiques durant les dix années qu’il passera auprès de lui.

Cheikh Jamel évoque ensuite le nombre d’années dont il est question : huit puis dix, après lesquelles Moïse (p) partira avec sa famille et verra ensuite, le Buisson Ardent, le feu de la montagne.

Son séjour avec Shuayb (p) n’était en fait là que pour le préparer à la prochaine phase de son expérience spirituelle, celle d’entendre DIEU parler à travers ce Feu Ardent.

Il conclut avec ses dix années qui représentent une phase pour lui mais pour nous aussi, et qui permettent de passer à une autre étape et de la préparer.

C’est une nouvelle histoire qui est là pour nous façonner et nous permettre de reconnaître les Signes de la Prophétie et de l’Élection divine.

Reconnaître les signes que DIEU nous donne nous permettra d’être guidés vers ce qu’Il veut et nous saurons alors quelle direction prendre.