http://bit.ly/abonnez-vous-cheikh-jamel
Verset 69, sourate 4 LesFemmes
Quiconque obéit à Allah et au Messager... ceux-là seront avec ceux qu'Allah a comblés de Ses bienfaits : les prophètes, les véridiques, les martyrs, et les vertueux. Et quels bons compagnons que ceux-là !

Cheikh Jamel Tahiri fait un résumé sur la démarche du croyant dans son
cheminement spirituel au travers de la sourate ‘‘La caverne’’ et les 4 histoires qui la composent représentant les 4 étapes de l’initiation spirituelle. Ensuite, il revient sur le terme ‘‘amal al salih’’ (traduit par action réparatrice) et son lien avec le terme ‘‘al aghira’’ (traduit par l’au-delà). Enfin, il revient sur le verset cité plus haut pour
expliquer le lien entre les compagnons et ‘‘les salihines’’ (traduit par les véridiques).

Retour sur les 4 parties de la sourate ‘‘La carverne’’

La première partie est l’histoire des gens de la caverne.
Elle représente le premier degré de l’initiation spirituelle avec la rupture qui se fait avec la société.
La deuxième partie est l’histoire des deux jardins. Elle symbolise le deuxième degré de l’initiation spirituelle avec le piège des deux jardins, c’est-à-dire croire que ce que l’on a en bien est le résultat de nos efforts et de notre travail. Alors que tout cela ne provient que de Dieu.
La troisième partie est l’histoire du Prophète Moïse (as) et du ‘‘Abd al Salih’’. C’est le troisième degré de l’initiation spirituelle où Dieu nous propose de dépasser le cadre du raisonnable conventionnel et de tendre vers le cadre du cœur, de la logique spirituelle.
La quatrième partie est l’histoire de Dhul Karnayn ainsi que les histoires du temps, du paradis qui descend, du Dhikr qui sont le dernier degré de l’initiation spirituelle et qui permettent à l’homme de faire son retour vers Dieu.

Le lien entre la notion ‘‘amal al salih’’ et la notion ‘‘al aghira’’

Une vidéo est dédiée à l’explicitation de ces notions et du lien qui les unit.
Cheikh Jamel Tahiri revient sur ces notions et ce lien car dans une démarche spirituelle, il est nécessaire d’avoir une vision des notions afin de les mettre en application.
‘‘amal al salih’’ a été traduit par Cheikh Jamel comme étant une action réparatrice.
C’est une action qui arrange les choses. Il faut la distinguer des notions de ‘‘al hayrat’’ et de ‘‘amal al hassan’’ qui peuvent être compris comme des bonnes actions.
L’action réparatrice a un degré supérieur. Pour rentrer dans l’action réparatrice, il faut être initié spirituellement.
L’une des particularités de l’action réparatrice est qu’elle noue un lien avec la notion de ‘‘al aghira’’ qui peut être traduit par l’au-delà. L’action réparatrice produit un résultat dans ce monde mais a également une influence dans l’autre monde. C’est une action qui est se produit dans l’au-delà et qui se déroule en même temps dans le présent.
‘‘Amal al salih’’ est une action qui, en définitive, est hors du temps.

Retour sur le verset 69 de la sourate ‘‘Les femmes’’

Obéir à Dieu, c’est obéir au Messager. Obéir au Messager, c’est obéir à Dieu. Le Messager de Dieu est un intermédiaire dans l’obéissance divine. C’est une obéissance transcendante.
Il nous faut nous libérer des barrières, de nous séparer de tous les préjugés sur l’Islam. C’est en réalité la première étape de l’initiation spirituelle. Notre ascension vers Dieu implique de nous libérer des compréhensions préétablies. En définitive, il faut se libérer des prénotions.

Cheikh Jamel Tahiri insiste également sur l’importance du Prophète et les membres de sa Famille dans la compréhension du Livre de Dieu. En effet, ils sont ceux qui font parler le Coran. D’où la notion du Coran vivant.

Qui sont les Prophètes ? Qui sont les Véridiques ? Qui sont les Martyrs ? Qui sont les vertueux ?

Dans ce verset, le terme ‘‘salihine’’ a été traduit par les vertueux. Ils représentent ceux qui réalisent des actions à partir de l’au-delà. Ils sont ceux dont les cœurs sont attachés dans l’au-delà. Ils sont, in fine, en dehors du temps.
Ce terme s’adresse à chacun de nous. Dieu nous a donné les possibilités de devenir des ‘‘salihines’’ et d’être les compagnons des Prophètes, des Péridiques et des Martyrs. Pour être en compagnie de ceux qu’on aime, il faut être des ‘‘salihines’’.
Il faut prendre ses dispositions et suivre le Prophète ainsi que sa sainte Famille afin d’être dans leur intimité et en leur compagnie dans l’éternité.

Enfin, Cheikh Jamel nous montre l’importance de l’attachement au Coran et sa méditation, sa compréhension et son application. Si nous nous attachons à un seul verset afin de le déguster, de le goûter et de l’appliquer afin qu’il devienne un signe dans notre vie alors nous serons parmi les vivants et on lira le Livre tel des vivants et non de ceux dont les yeux du cœur sont morts.