Souvenir de la naissance du Messager de Dieu (saws)

Dans cette vidéo, Cheikh Jamel Tahiri fait un rappel sur le fait que nous sommes dans la période du souvenir de la naissance du Messager de Dieu, le Prophète Mohammed (que la paix de Dieu soit sur lui et les siens). C’est une occasion pour faire un rappel sur la grandeur de cette créature.

Sourate 33 : les Coalisés ; verset 56 :

‘‘Certes, Allah et Ses Anges prient sur le Prophète ; ô vous qui croyez priez sur lui et adressez [lui] vos salutations.’’

Qui était le Messager de Dieu (saws) ? Il était avant toute chose car il a été la première création, la première lumière que Dieu a créée. La particularité de cette lumière est qu’elle est infaillible (terme souvent traduit par ‘‘qui ne commet pas de pêchés’’ et qui limite donc sa compréhension). En réalité, l’infaillibilité est l’émanation de la lumière et que cette lumière a rendu gloire à Dieu sans ténèbres. Le plus pur des ‘‘Tawhid’’ a été rendu par la lumière mohammadienne, la lumière des 14 infaillibles.
De cette lumière, Dieu a créé toute chose. De cette lumière émane une énergie, quelque chose de fort et de puissant. Lorsque l’on est le réceptacle de cette lumière, elle fait donc de nous des producteurs et des créateurs de tout bien sur cette Terre.

La science

Lorsque Dieu nous demande de prier sur le Prophète, nous rentrons en phase avec cette énergie et nous devenons ses propagateurs.
Une parole du Messager de Dieu dit :

‘‘Allez chercher la science même jusqu’en Chine’’.

Ce récit est en accord avec le Coran car Dieu nous invite à rechercher la science. À travers cette parole, le Messager de Dieu nous invite donc à ouvrir notre esprit. Cette allusion à l’ouverture d’esprit amène à la question suivante, qu’ont fait les communautés du message ? Les hommes ont emprisonné le message des Prophètes dans des communautés alors que ce message est unique. Cette ouverture d’esprit doit être telle que lorsque nous entendons un chrétien, un juif ou un bouddhiste parler, nous devons nous reconnaître dans leurs paroles. L’emprisonnement du message est tel que lorsque nous entendons un musulman ou chrétien parler, nous avons l’impression que son discours ne s’adresse qu’aux musulmans ou qu’aux chrétiens.

Notre foi doit nous unir pour tendre vers ce bien. Ce n’est qu’en nous unissant et en apportant chacun sa pierre que nous pourrons être les vivificateurs de ce message.

Nous sommes dans les temps eschatologiques. Nous sommes rentrés dans la phase de la clôture du cycle de l’humanité depuis la création du Prophète Adam (as). Sa particularité, qu’Iblis n’a pas compris, est la science. Cette science n’est pas la même que l’on comprend aujourd’hui, qui est la science acquise (science qu’Iblis a eu). Adam a eu une science des Noms, une science de toutes les choses. La clôture du début et de la fin est la science.

Le nombre premier 19

En 1975, Rashad Khalifa a fait une découverte extraordinaire. Avec le développement de l’ordinateur, il a mis le Coran dans cette machine pour faire des calculs. Il a découvert que le Coran était verrouillé par le chiffre 19, leCodedu19. La particularité de ce nombre est qu’il fait partie des nombres premiers, un langage mathématique. Ce code du 19 montre que le Coran est protégé par Dieu et que ce message provient de Lui.
Le Coran comporte tous les évènements. Il est le microcosme du macrocosme (la science de Dieu). Le macrocosme a été codé dans le microcosme par le nombre 19.

Dans le livre de Dieu, tous les évènements sont consignés du début à la fin par le code du 19.

Une question se pose : est-ce que nous sommes consignés ou nous avons le choix ? Les Imams (as) ont donné la réponse suivante que c’est entre deux choses.

Mettre en pratique la recherche de la science dans le quotidien nous libère de ce qui nous enferme, de ce qui nous amène vers le bas alors que l’on nous appelle vers le haut.
Le message est fait pour être partagé par tous. Celui qui prétend vivre le message de manière individuelle n’a pas pris conscience que le message se vit en réalité en communauté et pour être partagé par tous.
Ce message, cette miséricorde qui englobe toute chose, doit être le fait de la communauté. Si nous avons la foi universelle alors nous devenons des créateurs, des producteurs de tout bien.