Cheikh Jamel Tahiri commence son analyse par remercier les internautes qui l’ont interpelé, qui l’encouragent à suivre son œuvre et il remercie Dieu sachant que ces analyses leur apportent un tant soit peu de sérénité dans leur cheminement vers Dieu, de paix et de stabilité dans le monde de violence, d’injustices dans lequel où nous vivons.

Les premières questions que cheikh pose sont :

Pourquoi les histoires du Coran sont-elle construites sur le format particulier qui est celui du trois ?

Et, quel est le mystère qui se se cache derrière ce principe fondamental du Livre de Dieu voire de la création ?

Il rappelle l’analyse précédente dont les points culminants étaient la Science innée qui est la Science de la Miséricorde et la science acquise, que nous devons être et demeurer conscients qu’Iblis est notre ennemi déclaré et ne point le sous-estimer.

Cheikh Jamel revient sur le troisième voyage de Thulqarneyn (p) en faisant remarquer que le 3ème peuple se trouve en dehors des deux barrières « min douni hima » et que c’est cette liberté qui lui a permis de demander de l’aide à Thulquarneyn.

Il nous remémore que la sourate « La Caverne » est construite sur trois axes, à savoir : l’histoire des Gens de la Caverne, l’histoire de Moïse et de Al ‘abd Salih (p) et enfin l’histoire de Thulqarneyn (p) et ces récits, eux-mêmes comportent trois phases chacun.

Cheikh Jamel cite les versets 30/31 de la sourate 27 « Les Fourmis »

Le Prophète Souleymane (p) envoie un message à Belqis, reine de Saba qui a une maîtrise parfaite de la science acquise, « elle a un trône magnifique » et la manière dont le Prophète de Dieu répond à la reine comporte, également trois phases.

Cheikh Jamel insiste sur le fait, qu’actuellement tout le défi d’Iblis, le maudit est construit sur le défi de la science acquise dont il a une maîtrise parfaite et la Science innée qui lui fut interdite parce qu’elle est le fruit de l’Homme (le Khalifa), son apanage et elle lui est réservée.

Le message de Souleymane (p) à Belqis commence par « Bismi Allahi A Rahmen A Rahim », « Au Nom de Dieu Le Tout-Miséricordieux Le Très-Miséricordieux »

Ce verset a été donné au Messager de Dieu (p) et à sa sainte Famille (p), il comporte trois phases et une force et un secret s’y cachent car Dieu a tout construit sur ce verset.

« Bismi Allahi A Rahmen A Rahim » comporte 19 lettres et l’addition des noms bénis des Cinq du Manteau (p) est égale à 19 lettres !

Toutes les histoires citées dans le Coran sont basées sur la Besmala : « Bismi Allahi A Rahmen A Rahim », « Au Nom de Dieu Le Tout-Miséricordieux Le Très-Miséricordieux ».

L’arme la plus puissante réside dans « Bismi Allahi A Rahmen A Rahim » contre le mal d’Iblis.

Nous devons, absolument être en quête, être des chercheurs...si nous voulons aller plus loin...