Dans cette nouvelle analyse qui se déroule au début du premier mois du calendrier islamique, Muharram, Cheikh Jamel Tahiri commence par évoquer l’histoire de l’Imam Hussein tombé martyr sur la voie de Dieu au 10 ème jour de ce même mois.

Il présente ses condoléances en cette occasion à tous les musulmans et amoureux de Hussein et nous rappelle combien cette histoire est importante car elle nous rappelle notre propre histoire et nous montre la voie à suivre pour réussir notre vie.

Hussein s’est sacrifié le jour d’Achoura car il était fidèle aux préceptes du Coran et des enseignements de l’Islam et du Messager.

La façon dont ont agi les prophètes et les Imams des Ahl al bayt a toujours été en totale harmonie avec le message vivant de l’époque de l'Islam.

Il ne suffit pas de transmettre une histoire ou un message, il faut également vivre ce message et donc être un acteur de l’Islam et de ses enseignements.

En agissant de la sorte, l’Imam Hussein a été le témoin du message authentique qui a traversé les temps. Les Imams ont toujours montré la voie en joignant l’action à la parole. Il ne s’agit pas de tradition, mais de vivre ce message et en être le témoin vivant.

Après ce rappel des enseignements d’Achoura, Cheikh Jamel revient sur un sujet déjà traité il y a deux semaines, celui de ces croyants inconnus dont nous parle le verset coranique suivant :

Al-Fath 48:25

« Ce sont eux qui ont mécru et qui vous ont obstrué le chemin de la Mosquée Sacrée [et ont empêché] que les offrandes entravées parvinssent à leur lieu d'immolation. S'il n'y avait pas eu des hommes croyants et des femmes croyantes (parmi les Mecquois) que vous ne connaissiez pas et que vous auriez pu piétiner sans le savoir, vous rendant ainsi coupables d'une action répréhensible... [Tout cela s'est fait] pour qu'Allah fasse entrer qui Il veut dans Sa miséricorde. Et s'ils [les croyants] s'étaient signalés, Nous aurions certes châtié d'un châtiment douloureux ceux qui avaient mécru parmi [les Mecquois]. »

Ce verset est intemporel et donc il doit se manifester à notre époque et nous devons nous poser la question de savoir qui sont ces personnes ?

Une tradition rapporte qu’une question fut posée au 6ème Imam des Ahl al bayt, l’Imam Jafar al Sadik, concernant la fin des temps, et qu’il répondit à cette question en évoquant ce verset précèdent.

Ces croyants et croyantes apparaissent ainsi à la fin et ont un rôle à jouer à cette époque.

Une époque qui semble être celle dans laquelle nous nous trouvons, comme le montrent les nombreux évènements que nous vivons actuellement, dont celui inédit de la pandémie mondiale de covid 19 qui change complètement pour l’humanité la manière de penser et d’appréhender le monde.

Ce virus circule et personne ne le maîtrise, contrairement à ce que font croire les gouvernants du monde entier. Preuve en est que chacune de leur solution se révèle caduque et que l’on change constamment d’orientation...

Par ailleurs nous constatons que nos dirigeants, face à cette situation, prennent toujours des décisions en faveur des intérêts économiques et financiers, et au détriment de l’humain, ce qui démontre qu’ils ne se soucient guère de la vie des gens.

Comment devons-nous donc aborder cette situation, ainsi que les évènements futurs qui seront encore plus dangereux et menaçants ? Sachant qu’il nous est impossible de faire confiance à ces dirigeants qui font primer les intérêts de l’argent avant les êtres humains.

Et bien nous devons commencer par trouver l’inspiration dans le livre de Dieu.

En effet, le noble Coran nous parle de tout, mais pour cela il nous faut posséder la science innée qui nous éclaire pour le comprendre.

Dieu envoie des hommes qui ont la particularité de recevoir la révélation qui actualise ce qui se passe dans la société dans laquelle nous sommes, et lui donne toute sa dimension réelle.

On peut alors comprendre le monde dans lequel nous sommes et trouver les solutions adéquates aux problèmes qui se posent à nous.

Cheikh Jamel évoque alors les versets 7, 8 et 9 de la sourate 21 « Al Anbya » :

7- Nous n'avons envoyé avant toi que des hommes à qui Nous faisions des révélations. Demandez donc aux érudits du Livre, si vous ne savez pas.

8- Et Nous n'en n'avons pas fait des corps qui ne consommaient pas de nourriture. Et ils n'étaient pas éternels.

9- Puis Nous réalisâmes la promesse (qui leur avait été faite). Nous les sauvâmes avec ceux que Nous voulûmes [sauver]. Et Nous fîmes périr les outranciers.

Le verset 8 témoigne clairement de l’existence de robots dans le futur alors que le verset 9 rappelle que toute civilisation qui ne suit pas le chemin codé dans le livre est amenée à disparaître.

Notre civilisation qui est celle de la fin des temps est aussi à sa fin. Tous les signes attestent de cela.

Elle est celle dans laquelle Iblis veut piéger l’Homme, à travers l’IA, et lui faire miroiter un faux paradis.

La science de l’IA est celle du calcul et de l’acquis, or la solution à nos problèmes ne se trouve pas dans la science acquise mais dans la science innée.

C’est vers cela qu'il faut tendre car nous aurons alors la solution à tous les maux.

Cette révélation, cette science innée, est l’alternative. C’est elle qui sauve.

Ainsi, la particularité de ces croyants inconnus de la fin des temps est qu’ils ont accès à la science innée et peuvent donc donner l’alternative et la solution.

C’est pour cette science que Dieu nous a créés, et c’est vers elle que nous devons aller et retourner, pour sauver nos âmes et également en faire profiter les autres.

Donc pour nous, la vraie alternative c’est eux, ces hommes et femmes inconnus de la fin des temps. Mais où sont-ils ? Et que font-ils ?

Ont-ils déjà commencé à agir, sans que nous ne remarquions leurs actions ?

Ou bien le temps n’est pas encore venu pour qu'ils apparaissent et agissent ?

Ou alors inspirent-ils des hommes qui agissent à leur place ? Voilà ce que doivent être nos interrogations.

Cheikh Jamel conclut en nous enjoignant à partager ce que l’on aime comme nous le recommande le saint Coran, et de ne pas remettre au lendemain la recherche de cette science innée ainsi que le travail sur la voie de Dieu qui doit se faire tant qu’il en est encore temps et que Dieu nous en donne l’opportunité.